Tester : Vous avez une idée

A- Maturer le projet

Lors de la phase de maturation de votre projet, de nombreuses structures sont à votre disposition, que ce soit dans les quartiers politiques de la ville, à destination des jeunes ou à destination des femmes.

Dans les quartiers politiques de la ville

Les CitésLab

Ils interviennent en complémentarité avec les services d’accompagnement à la création d’entreprise existants. Ils interviennent en amont du processus de la création d’entreprise : au stade de la détection et de l’amorçage.

Pour les jeunes

Pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat (PEPITE)

Ces 29 pôles accueillent les étudiants et les jeunes diplômés qui viennent y concrétiser leurs projets de création d’entreprise. Ouvert sur son écosystème territorial, le PEPITE associe les établissements d’enseignement supérieur, les acteurs économiques et les réseaux associatifs de son territoire.

Entreprendre au féminin

Les réseaux

  • La plaquette de l’entrepreneuriat au féminin
  • Pour toutes celles qui souhaitent entreprendre, trois réseaux vous sont dédiés pour vous accompagner et vous conseiller gratuitement dans votre projet de création d’activité :
    • Action’elles : un réseau de performance de l’entrepreneuriat féminin
    • Forcefemmes : un réseau fondé sur l’idée que les femmes de plus de 45 ans représentent une force pour l’entreprise
    • Les pionnières : le premier réseau d’incubateurs et pépinières au service d’entrepreneures innovantes et créatrices d’emplois durables en France, au Maroc, en Belgique et au Luxembourg

B- Tester et valider l’activité

Les couveuses

Les couveuses vous permettent de confronter votre projet au marché réel dans un cadre légal, par le biais du contrat d’appui au projet d’entreprise (CAPE).

C’est quoi ?

La couveuse est une structure d’hébergement juridique.

Pour qui ?

Pour les personnes qui veulent tester leur activité dans des conditions réelles avant de se lancer dans la création d’entreprise.

Comment ça marche ?

Le futur créateur souscrit au dispositif CAPE qui lui permet :

  • d’obtenir l’hébergement juridique de son activité ;
  • de facturer ses ventes et ses prestations par le biais du numéro de SIRET de la couveuse d’entreprises ;
  • de conserver son statut social (demandeur d’emploi, salarié à temps partiel, étudiant, etc.) et ses revenus ;
  • de bénéficier d’un accompagnement individuel et de formations collectives, afin de développer les différentes compétences entrepreneuriales indispensables.

Pour quelle durée ?

Le contrat est limité à 12 mois, renouvelables deux fois.

La Coopérative

C’est quoi ?

La coopérative constitue un modèle d’entreprise démocratique, fondé sur des valeurs de responsabilité, de solidarité et de transparence. Ce sont des sociétés de personnes ayant pour finalité première de rendre des services individuels et collectifs à leurs membres. Elle peut revêtir différentes formes :

- La société coopérative et participative (SCOP)

Elle peut être créée dans n’importe quel secteur d’activité. Elle peut être de type SARL, SA ou SAS.

Les salariés sont associés majoritaires de l’entreprise, dont ils détiennent au moins 51% du capital et 65% des droits de vote.

Les décisions sont prises collectivement selon le principe de gouvernance démocratique "une personne = une voix", lors de l’assemblée générale, indépendamment du pourcentage de capital détenu.

Les salariés associés décident ensemble des grandes orientations de leur entreprise et désignent leurs dirigeants.

La répartition des résultats est prioritairement affectée à la pérennité des emplois et du projet d’entreprise.

- La coopérative d’activité et d’emploi (CAE)

La CAE est une entreprise coopérative, dont l’objectif est l’appui des porteurs de projet dans la création et le développement de leur activité.

Elle est le plus souvent une entreprise multi-activité qui rassemble des porteurs de projet, à court et long termes :

  • elle accompagne l’entrepreneur dans la durée pour qu’il puisse tester, valider et développer son activité ;
  • elle met en œuvre toutes les fonctions administratives et comptables pour le compte de l’entrepreneur ;
  • elle anime des services collectifs pour l’entrepreneur, afin de faciliter la mise en réseau et les synergies opérationnelles entre activités.

- La société coopérative d’intérêt collectif (SCIC)

Entreprise commerciale coopérative, la SCIC peut être créée dans n’importe quel secteur d’activité. Elle peut prendre la forme d’une SA, d’une SARL ou d’une SAS. Elle associe forcément :

  • un salarié ou, en l’absence, un producteur du bien ou du service de la SCIC
  • un bénéifiaire (usager, client, fournisseur...)
  • tout autre associé c’est-à-dire toute personne physique ou morale de droit privé ou de droit public dans la limite de 50% du capital social détenu par des collectivités territoriales et leurs groupements. Chaque associé dispose d’une voix en assemblée générale.

L’utilité sociale de la SCIC se mesure au regard de l’interaction générée par l’association de ces différentes parties prenantes sur les territoires.

Les incubateurs

C’est quoi ?

Un incubateur d’entreprises innovantes est une structure qui accompagne les porteurs de projets en leur offrant des conseils qui constituent une base de connaissance nécessaire pour créer une entreprise et démarrer sur des bases solides. L’incubateur propose en général un ensemble de formations collectives, complété par du conseil personnalisé. Il peut aller jusqu’à proposer un hébergement ante-création.

Pour qui ?

Pour les personnes qui ont un projet de création d’entreprise mature et qui cherchent à bénéficier de l’encadrement d’experts à la création d’entreprises, afin de préparer le lancement de leur entreprise.

Comment ça marche ?

Les incubateurs étant, le plus souvent, des structures subventionnées par des financements publics, il peut être nécessaire de rédiger un dossier qui sera examiné par un comité de sélection, pour faire partie des futurs « incubés ».

Un préalable est donc d’avoir un premier échange avec l’équipe opérationnelle de l’incubateur, afin de valider que le projet dispose du niveau de maturité suffisant pour être accompagné par l’incubateur.

Une fois sélectionné, l’incubé a accès aux services gratuits et payants de l’incubateur. Certaines formations collectives peuvent ne pas être facturées dès lors qu’elles sont subventionnées. L’incubé se verra facturé tout ou partie de son accompagnement individuel, de son hébergement, et les divers dépenses spécifiques à son projet qui auront été prises en charge par l’incubateur (par exemple une étude de marché).

Cette facturation peut s’effectuer en cours d’incubation, notamment pour l’hébergement. Mais, en général, elle intervient au moment de la création d’entreprise et peut être conditionnée à l’obtention du chiffre d’affaires.

Lorsque l’entreprise est créée, le projet sort de l’incubateur sauf à ce que celui-ci offre des prestations post-création (hébergement, accompagnement à la levée de fonds, ...).

Pour quelle durée ?

La durée varie entre 6 à 18 mois, selon le caractère plus ou moins technologique et innovant du projet.



Futur entrepreneur

* informations obligatoires